Guide pratique pour une bonne homélie

L'homélie est un vrai moment de partage avec les fidèles et de transmission de la parole biblique. Un sermon de qualité est plus enclin à être écouté, mais surtout, entendu. Comment faire une bonne homélie pour que 100 % de l'assemblée soit attentive ? Voici quelques conseils.

La vraie parole pour attirer les foules

Quoi de mieux pour attirer les foules qu'un bon prêche ? Le bouche-à-oreille fait souvent son office et un prêtre qui parle vrai rencontrera plus de succès qu'un autre à la langue de bois.

La première des règles serait avant tout d'être sincère, toujours au nom du Christ, le prédicateur, et de connaître son auditoire. Qui a envie de parler aux enfants comme aux personnes âgées ? Qui peut tenir le même discours à des funérailles qu'à un mariage ? Et si l'auditoire est très croyant par rapport à des personnes moins pratiquantes ?

Oui, le discours doit s'adapter et mieux : être presque personnel. S'adresser à une personne ou un groupe de personnes en particulier fait de vous une personne proche, qui connaît les problèmes ou les vies de chacun d'entre eux.

La prédication, un vrai travail d'écriture et de prise de Parole

L'enseignement et la prédication sont deux des tâches dévolues aux prêtres. Il convient donc d'y mettre tout son coeur. Pour faire une bonne homelie, il semble naturel de la préparer soi-même. Copier et redire les mots d'un autre endormiront à coup sûr votre auditoire !

Pour écrire, il faut lire ! La liturgie chrétienne regorge de documents, livres et autres supports riches d'exemples et d'inspiration.

La méthodologie de prise de parole est ensuite importante. Comme pour tout discours, il faut identifier votre fil rouge et définir l'idée générale du prêche, le sujet et les prières. Puis, l'idée est d'attaquer le sermon par des questions qui vont immédiatement interpeller votre auditoire. Cela peut être une question d'ordre métaphysique, mais dans l'ère du temps : Comment savoir si on est aimé ? Comment appréhender la mort ? Ou encore une histoire vécue : hier, j'ai rencontré une personne qui m'a dit que.... Des statistiques sur des faits de société peuvent également être abordées : Savez-vous que 2 600 000 emails sont envoyés chaque seconde ?.

Cette approche permet de vous rappeler que le prêche n'est pas une étape du séminaire. Toutefois, l'homélie reste le moment important de la transmission du catéchisme. Il faut ramener l'Homélie à ce pour quoi elle est dévolue : l'enseignement de la Parole du Christ et du mystère de Dieu.

Ensuite, il est nécessaire d'émailler votre discours de techniques d'orateur : changement de ton, de rapidité du débit, gestuelle, répétition d'une même phrase pour appuyer, ou à l'inverse, les silences. Tous les trucs et astuces du bon orateur impacteront positivement votre homélie.

Enfin, pour capter l'attention, rien de tel que le regard : regardez les personnes présentes, adressez-vous à elles et pas au sol.

Transmettre des exemples

Homélies

Comme le travail réalisé en amont est de s'adapter à votre auditoire, les exemples concrets viendront naturellement. Ils peuvent être sortis d'un passage de la Bible, ou de l'actualité du moment. Qu'importe !

La priorité doit être donnée au parler vrai et à de vraies personnes. Le blabla spirituel sorti de la littérature risque d'endormir. À la sortie, votre sermon devra pouvoir être utilisé dans la vie quotidienne, spirituelle, de vos fidèles.

Les hommes ont aujourd'hui, plus que jamais, besoin d'être aimés et c'est bien ce qu'une bonne homélie doit apporter : l'Amour Inconditionnel.

fr ch be lu